mar
5
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 2 mars 2015

En cette semaine de relâche ensoleillée, permettez-moi de partager quelques bonnes nouvelles avec vous !

Tout d’abord, je me réjouis de l’enveloppe de 18 M $ qui sera investie au cours des deux prochaines années sur le réseau routier sherbrookois. Nos routes ont sans contredit besoin de travaux de réfection et cet investissement est donc  plus que bienvenu. Plus précisément, pour mon district, la voie ouest du boulevard de l’Université, de l’entrée du Triolet à l’autoroute 410, ainsi que la rue Felton, de la rue Dunant au Chemin de North Hatley, recevront une cure de jeunesse. Ces fonds proviennent des redevances que les sablières et carrières versent à la Ville. Il s’agit d’une excellente nouvelle !

Ensuite, j’aimerais souligner le succès remporté par le Carnaval de Sherbrooke qui a eu lieu la fin de semaine dernière. Cet évènement familial extérieur a été très couru par les familles sherbrookoises qui ont profité de la météo clémente pour mettre le nez dehors. Bravo aux organisateurs et aux nombreux bénévoles !

Également, je vous invite à assister à la Coupe Riders qui aura lieu vendredi et samedi au mont Bellevue. Cet évènement promet d’être spectaculaire !

Enfin, je vous souhaite une excellente fin de semaine de relâche. Profitez-en pour sortir dehors et utiliser les équipements mis à votre disposition par la ville, dont les patinoires extérieures. Faites-le plein d’énergie et de souvenirs mémorables en famille !

À la semaine prochaine !

Carnaval

fév
27
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 23 février 2015

Cette semaine, je ne pouvais passer à côté d’un sujet qui me préoccupe et me touche depuis plusieurs semaines, le transport adapté. En effet, en tant qu’ancien président de la Société de transport (STS), mais surtout en tant que citoyen de Sherbrooke, je suis surpris du traitement qui est réservé aux personnes handicapées qui utilisent les services de la STS, et ce, depuis la mise en vigueur des nouvelles normes. Bien qu’il semble exister une loi du silence dans ce dossier, puisque je n’ai pas réussi à obtenir beaucoup d’informations, j’ai tout de même décidé de m’exprimer sur le sujet.

Je comprends fort bien que des efforts budgétaires doivent être faits et que chacun doit y mettre du sien, mais obliger les personnes handicapées à attendre des jours avant de réussir à obtenir la ligne téléphonique pour avoir un transport, c’est brimer leur droit à se déplacer librement. Le fait de pouvoir se déplacer par elles-mêmes est à la base de l’autonomie à laquelle ont droit les personnes handicapées. Je reçois d’ailleurs de nombreux commentaires des citoyens de mon quartier qui utilisent les services et qui ne comprennent pas le manque d’écoute et de compréhension des dirigeants de la STS.

Je ne prétends pas avoir la solution miracle qui règlera la situation, mais une chose est certaine, l’attitude actuelle des dirigeants de la STS n’est pas propice à la situation. Il faut impérativement s’assoir avec le Regroupement des usagers du transport adapté de Sherbrooke métropolitain (RUTASM) ainsi que les autres groupes concernés afin de trouver ensemble des solutions dans le meilleur intérêt de ces personnes. Est-ce qu’on ne devrait pas imposer un moratoire ? Une chose est certaine, il faut trouver des solutions humaines.

En tant qu’élu sherbrookois, mais également en tant qu’être humain, je refuse qu’on fasse des économies sur les dos des personnes handicapées. Peut-être faudrait-il prioriser un service plus adapté à la clientèle existante avant de développer de nouveaux trajets et ainsi espérer augmenter le nombre d’usagers. Je mise ici sur le principe bien simple de la qualité avant la quantité. Il faut analyser les lignes existantes et abolir celles qui ne sont pas assez utilisées. Ainsi, nous pourrions investir les sommes récupérées dans le service adapté.

Mon coup de chapeau cette semaine ne pouvait aller à personne d’autre qu’à Jocelyn Thibault à qui a été décerné, vendredi dernier, le titre de Grand Estrien du Gala Reconnaissance Estrie. Il s’agit d’un honneur pleinement mérité pour cet homme d’affaires qui a su, par sa vision et son implication auprès des jeunes sportifs, doté notre ville d’une infrastructure sportive extraordinaire, le Complexe sportif Thibault GM, qui fait le bonheur autant des athlètes de haut niveau, des sportifs amateurs que des citoyens du district que je représente. Merci Jocelyn !

J’attends toujours vos commentaires sur les sujets qui vous préoccupent.

Bonne fin de semaine!

STS

 

 

 

fév
20
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 16 février 2015

Le sortie publique que mes collègues Annie Godbout, Hélène Dauphinais, Pierre Tardif et moi-même avons décidé de faire dimanche dernier, devant les médias locaux, a beaucoup fait jaser et je souhaite en préciser certains aspects au sein de ma chronique hebdomadaire.

Tout d’abord, je tiens à préciser que notre demande d’obtenir plus de transparence à l’hôtel de ville n’est pas une requête farfelue sortie de notre chapeau cette semaine dans le but de faire obstruction à certains projets. En effet, depuis les deux dernières années, j’ai demandé à maintes reprises la levée des huis clos sur les dossiers ne concernant pas les ressources humaines, les comités pléniers doivent être publics. J’ai également réclamé de l’information supplémentaire sur les organismes paramunicipaux, mon blogue en témoigne. J’ai moi-même proposé une réforme de la gouvernance afin d’apporter des solutions aux enjeux qui me préoccupaient. Malheureusement, mes questions et propositions ont été ignorées. Une fois de plus, lundi dernier, le maire a refusé que trois dossiers prioritaires, dont celui de la Place Nikitotek, soient débattus en public. Sans compter qu’on apprend dans les médias ce matin que Destination Sherbrooke a une entente avec Québec Issime concernant du prêt de matériel appartenant à la ville, et ce, sans même qu’un contrat ne soit signé…

De plus, j’aimerais m’opposer aux commentaires sous-entendant que l’action de poser des questions lors des débats sur des enjeux municipaux résulte nécessairement à une forme d’opposition au parti au pouvoir. Il est à la base même de la démocratie de se questionner sur notre société, notre avenir ainsi que la saine utilisation des fonds publics. D’ailleurs, s’il n’y avait pas de ligne de parti au Renouveau sherbrookois, sans doute qu’à l’occasion certains de leurs membres poseraient aussi des questions. Je crois que c’est l’un des rôles d’un conseiller municipal que de s’informer avant de voter au nom des citoyens qu’il représente.

Bref, je demande une fois de plus que les comités pléniers soient rendus publics et que les huis clos soient levés. Mon coup de chapeau de la semaine est décerné aux élèves de l’école secondaire du Triolet, située dans mon district, qui ont reçu lundi la visite du ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, venu personnellement les féliciter pour leur projet Planter de l’air pur en Estrie. Ce projet, lancé au printemps 2009, vise à planter 100 000 arbres dans la région afin de lutter contre les changements climatiques, tout en servant de mode de financement pour le voyage de fin d’année des élèves. Le programme s’adresse aux entreprises de la région qui achète une quantité d’arbres afin de compenser leur émission de gaz à effet de serre. Les élèves participants se rendent eux-mêmes sur le terrain afin de le reboiser, et ce, beau temps mauvais temps ! Le ministre a promis de faire de ce projet un exemple à travers tout le Québec afin d’inciter d’autres écoles à emboiter le pas. Bravo à tous les élèves qui y ont participé, mais également au personnel qui s’est impliqué dans la réalisation de cette merveilleuse initiative.

Bonne fin de semaine!

 

fév
15
2015

Des conseillers indépendants en ont ras le bol

Sherbrooke, le dimanche15 février 2015. – Les conseillers municipaux indépendants de la ville de Sherbrooke Hélène Dauphinais, Pierre Tardif, Annie Godbout et Jean-François Rouleau ont fait front commun, ce dimanche, afin de déplorer les façons de faire de l’administration Sévigny dans plusieurs dossiers. Plus spécifiquement, l’exemple du dossier de la Place Nikitotek a été mis de l’avant afin de démontrer le peu d’informations qui émerge des débats au sein du conseil municipal. Les quatre conseillers réclament des changements immédiats dans les méthodes de gouvernance du maire Sévigny.

Le manque de vision est le premier élément que les conseillers indépendants reprochent à l’équipe du maire Sévigny. « L’administration Sévigny juge rarement important de soumettre aux conseillers municipaux tous les éléments d’un dossier avant que nous exercions notre droit de vote, ce qui est primordial afin que nous puissions offrir une position claire au bénéfice des citoyens que nous représentons. Malheureusement, ce n’est qu’au compte-goutte que nous avons accès à certaines informations, et ce, même si des questions sont soulevées. À maintes reprises, nous avons réclamé haut et fort la levée des huis clos qui sont devenus coutume à l’hôtel de ville. Nous souhaitons plus de transparence, davantage de débats et cela pour préserver la bonne santé de notre démocratie municipale. Nous sommes élus par les citoyens et pour les citoyens, ils ont droit de savoir ce qui se discute derrière les portes de leur hôtel de ville. Quelle est la vision à moyen et long terme du maire ? », a déclaré le conseiller Pierre Tardif. Il a profité de son intervention pour réclamer l’ensemble des détails du dossier de la Place Nikitotek, qui, semble-t-il, sera déménagée d’ici deux ans. Les élus ne connaissent toujours pas la vision de l’administration en place concernant ces installations.

L’absence de débat est le second sujet qui a été décrié par les conseillers indépendants. Il semble qu’il soit maintenant coutume lors des séances du conseil municipal d’éradiquer la période de débats afin de passer directement au vote. Cependant, les débats font partie d’une démocratie saine et ils sont nécessaires à l’échange de points de vue entre les élus. La conseillère municipale Annie Godbout utilise une fois de plus l’exemple du dossier de la Place Nikitotek afin d’illustrer l’argument mis de l’avant par le regroupement. « Nous avons demandé en décembre 2013 d’avoir un débat sur l’avenir de la place Nikitotek. Ce débat n’a jamais eu lieu. Nous aurions souhaité avoir plusieurs scénarios sur la table. Si seulement nous pouvions échanger sur la fonction même de Place Nikitotek, voulons-nous en faire une salle de spectacle en plein air ou un réel produit d’appel touristique?  Il faut permettre un véritable débat sur ce projet qui aura des répercussions sur les budgets des dix prochaines années », a jouté madame Godbout.

Le troisième élément qui a été dénoncé lors de ce point de presse est la prise de décision derrière des portes closes, qui est dorénavant pratique courante. « Il est inacceptable que les conseillers municipaux se voient restreindre l’accès au comité exécutif lorsque des dossiers d’importance y sont présentés. Cette méthode de gouvernance pour le moins douteuse nous brime dans notre droit de consulter nos citoyens et de réfléchir clairement aux enjeux avant de passer au vote. Nous souhaitons bien faire notre travail dans l’intérêt de nos citoyens et pour ce faire, nous avons besoin de connaître les détails des enjeux qui nous sont soumis au vote », a spécifié Hélène Dauphinais.

Enfin, le conseiller municipal Jean-François Rouleau, appuyé par ses collègues présents, a réclamé que le maire agisse de bonne foi dès maintenant en soumettant le dossier complet de la Place Nikitotek et surtout, en reportant le vote sur la construction d’un toit, prévu pour ce lundi. « Pour une gestion adéquate du risque, nous demandons que l’administration Sévigny soumette un dossier complet comprenant l’ensemble des détails incluant les coûts des différents scénarios envisageables pour le déménagement de la Place Nikitotek. Nous sommes appelés à voter sur ce dossier lundi et nous ne sommes même pas au courant des informations essentielles. Je demande également que le huis clos prévu soit complètement levé afin que l’information soit rendue publique. Je tiens à souligner que ce sont les journalistes qui nous ont appris la semaine dernière que la Place Nikitotek sera déménagée d’ici deux ans… »

Rappelons que c’est la première fois que des conseillers municipaux indépendants se réunissent pour réclamer des changements dans les méthodes de gouvernance du maire Bernard Sévigny.

 

-30-

fév
13
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 9 février 2015

Cette semaine je n’avais aucun autre choix que de faire ma chronique sur la surprenante nouvelle que j’ai apprise de la bouche des journalistes : le déménagement de la Place Nikitotek ! Je ne peux concevoir qu’en toute connaissance de cause, la mairie a décidé d’investir des millions de dollars de fonds public dans un projet qui n’avait aucune viabilité sur le site actuel. Combien devrons-nous encore investir dans ce projet pour déménager cette scène extérieure ? Et pourquoi vient-on de donner notre approbation à la construction d’un toit, si nous savions fort bien que le projet n’avait pas plus de deux ans de viabilité ? C’est complètement aberrant ! La construction d’un pont à deux pas de la Place Nikitotek n’était certainement pas inconnue du maire, comment a-t-il pu omettre de présenter aux élus cette information cruciale avant le vote ? Cette administration juge rarement important de nous exposer tous les éléments d’un dossier avant qu’on exerce notre droit de vote au conseil municipal. Maintenant, c’est même pratique courante. Je demande donc que le maire dévoile, et ce dès la prochaine séance du conseil municipal, l’ensemble des détails du dossier incluant les coûts des différents scénarios envisageables pour le déménagement de la Place Nikitotek.

J’aimerais également rappeler qu’en novembre dernier l’administration Sévigny était montée aux barricades contre le gouvernement du Québec, qui suggérait à la Ville de puiser à même ses surplus afin d’éponger le manque gagner de 5 M$ issu du pacte fiscal transitoire. L’argument de l’équipe du maire était que cette somme était destinée aux urgences. Pourtant, ce fameux fonds d’urgence a plutôt été investi, à peine trois mois plus tard, dans le projet de la Place Nikitotek…    

 

Ma bonne nouvelle de la semaine concerne principalement les citoyens de mon district. Le cadre juridique applicable à la location de chambres dans les résidences privées est maintenant disponible sur le site Web de la Ville. Cela facilitera l’accès à l’information pour les citoyens. Vous pouvez le consulter via le lien suivant : http://www.ville.sherbrooke.qc.ca/citoyen/vie-etudiante/hebergement/cadre-juridique-applicable-a-la-location-de-chambres-sur-le-territorie-de-lancienne-ville-de-sherbrooke/

Bonne fin de semaine!

Nikitotek

 

fév
6
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 2 février 2015

Suite au dépôt du rapport du vérificateur général, le 21 août dernier,  je demandais à ce que les dépenses des organismes paramunicipaux comme Commerce Sherbrooke, Destination Sherbrooke et les autres, soient étudiées. Le comité exécutif n’a malheureusement pas donné suite à ma demande, malgré mon insistance. Cette semaine, on apprenait que le processus d’attribution de certains contrats octroyés par Commerce Sherbrooke était discutable. Pourquoi ne soumettons-nous pas ces organismes à des vérifications ? Ne serait-ce pas notre devoir d’élus de nous assurer que les taxes de nos concitoyens sont dépensées de manière appropriée ? Je tiens à préciser que je ne remets nullement en doute la bonne foi des gens qui travaillent dans ces organismes, mais je crois que nous devons être plus vigilants. À la lumière des éléments révélés cette semaine, je demande qu’une enquête soit effectuée par le vérificateur général auprès de tous les organismes paramunicipaux afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d’autres irrégularités.

Cette semaine, plusieurs bonnes nouvelles me sont apparues dignes de mention, je décerne donc MES bons coups de la semaine.

Tout d’abord, je tiens à rendre hommage aux athlètes, aux entraîneurs et aux bénévoles qui ont vu leur travail récompensé dans le cadre du Gala du Mérite sportif qui a eu lieu mercredi dernier. Votre engagement et vos efforts méritent d’être soulignés. Bravo à vous tous !

Ensuite, en tant qu’ancien président de la Société de transports de Sherbrooke (STS), je ne peux que me réjouir de l’acquisition de six nouveaux autobus hybrides. Ces véhicules sont financés en majeure partie par les gouvernements et permettront à la STS de prendre le virage vert.

Enfin, une excellente nouvelle pour mon district est l’ajout d’un passage pour piétons sur le boulevard de l’Université, offrant un accès plus sécuritaire aux utilisateurs du parc Galt. Les familles ainsi que les enfants du CPE Au Cœur des Mésanges seront donc plus en sécurité lors de leurs sorties au parc.

Bonne fin de semaine!

 

jan
23
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 19 janvier 2015

Certains sont lassés de m’entendre parler de la Place Nikitotek, mais je considère que c’est un devoir pour moi de surveiller de près la façon dont sont dépensées nos taxes. En tant que contribuables, vous êtes en droit de voir vos élus gérer sainement les finances de votre ville et selon moi, ce n’est pas toujours le cas. Entendons-nous, je suis très favorable aux idées qui permettent à Sherbrooke de rayonner, par exemple les Jeux du Canada, mais pas à n’importe quel prix. Un projet doit avoir un plan d’affaire solide pour qu’on investisse des fonds publics.

Chaque année, grâce au Fonds de développement récréotouristique (FDRT), Destination Sherbrooke soutient la réalisation de projets. En 2015, 17 initiatives se partageront une enveloppe de 228 166 $. Des projets qui ont pour but de contribuer au rayonnement de Sherbrooke. Ceux-ci accueillent approximativement 500 000 personnes au cours de l’année.

À la lumière de ces chiffres, il est donc légitime de se questionner sur un investissement de 225 000$ pendant 10 ans pour la présentation de spectacles à la Place Nikitotek qui accueille en moyenne 9 000 personnes par année et qui a déjà demandé des investissements de plus de six millions de dollars de fonds publics! De plus, si on considère que la Place Nikitotek peut accueillir 1200 personnes par représentation, à raison de 26 représentations par année, le maximum d’achalandage que l’on peut espérer est de seulement 31 000 personnes! Fait à noter, depuis le début des spectacles à la Place Nikitotek, on n’a jamais atteint le chiffre de 10 000 spectateurs par année! Où est donc la logique derrière cette décision ?

Je me questionne également sur le sérieux d’un conseil municipal qui accepte de procéder à l’annonce d’un projet pour l’investissement d’un toit et d’un partenariat sans jamais s’être fait présenter un document permettant la prise de connaissance du projet dans sa totalité. C’est comme signer un chèque en blanc!  Ce projet, malgré ce qu’on en connaissait tous, a été accepté sans analyse, sans débat, sans soumission et les explications nécessaires à un processus décisionnel éclairé.

Je déplore cette façon de faire qui ne permet pas de bien défendre les intérêts des citoyens que je représente et qui ne démontre aucun respect envers la démocratie.

Et maintenant, malgré les résultats vraiment non concluants obtenus, malgré tous ces faits mis en lumière, une entente de dix ans a néanmoins été convenue (2015 – 2025). Encore une fois, ça risque malheureusement d’être les Sherbrookois qui en paieront la note.

Le bon coup de la semaine est, selon moi, la réforme de la gouvernance qui a été adoptée par le conseil municipal lundi dernier. Dans sa version finale, la réforme propose de faire passer le nombre d’arrondissements de six à quatre, le nombre de conseillers municipaux de 19 à 14 et le nombre de membres du comité exécutif de cinq à quatre.

Même si j’allais encore plus loin dans ma proposition initiale, en abolissant complètement les arrondissements et en diminuant davantage le nombre d’élus, je me rallie à cette proposition qui va dans la bonne direction.  

Bonne fin de semaine!

 

jan
16
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 12 janvier 2015

Ma chronique de cette semaine portera sur un sujet qui est devenu un vrai casse-tête pour de nombreux ménages sherbrookois, soit la gestion des déchets.

La collecte des « bacs noirs » qui a lieu généralement une fois aux trois semaines, en cette période de l’année, incite certes les citoyens à composter et à recycler davantage, mais cause également des problèmes, notamment chez les jeunes familles, qui voient leurs poubelles débordées de couches pour bébé. Je suis, bien entendu en accord avec l’atteinte des cibles fixées par le gouvernement du Québec, mais il faut tout de même répondre aux besoins de notre collectivité. Ne devrions-nous pas repenser la fréquence de la collecte des ordures ou du moins réévaluer les besoins de nos citoyens ? Il s’agit pour moi d’un service essentiel pour lequel la ville se doit d’investir prioritairement sur d’autres projets que je juge non essentiels.

Je demande donc qu’une nouvelle étude soit réalisée afin de vérifier si le service de collecte des déchets offert à nos citoyens répond ou non à la demande. En attendant, je demande à celles et ceux qui vivent ce problème de formuler des plaintes à la Ville de Sherbrooke.

Mon bon coup de cette semaine va à l’appui qu’a offert la Ville de Sherbrooke à la cause du blogueur saoudien Raïf Badawi qui a été condamné à 1000 coups de fouet et à dix ans de prison pour avoir tenu des propos favorables à la liberté d’expression en Arabie Saoudite. Je lève mon chapeau tout spécialement au président du comité exécutif, Serge Paquin, qui a demandé que la ville réagisse à cette situation. Rappelons que la femme et les trois enfants de M. Badawi sont réfugiés à Sherbrooke depuis plusieurs mois.

poubelle

jan
9
2015

Chronique d’un conseiller – semaine du 5 janvier 2015

Comme l’année 2014 s’est terminée sur un budget bâclé et surtout marqué par son manque de courage, je vous propose d’entreprendre la nouvelle année sur une note positive. Mardi en fin d’après-midi, j’ai assisté, non sans une certaine émotion, à la passation du drapeau des Jeux du Canada à la ville de Prince-George (Colombie-Britannique) qui accueillera la prochaine édition des Jeux. Après toutes ces années d’efforts pour obtenir, puis pour tenir cet évènement sportif d’envergure qui a été un vrai succès et même une fierté pour Sherbrooke, nous avons passé le flambeau. Cependant, les Sherbrookoises et les Sherbrookois demeurent plus que gagnants de cette belle expérience. En plus de conserver des infrastructures sportives de grande qualité qui n’auraient jamais pu être utilisées par nos jeunes athlètes sans l’obtention de ces Jeux, d’avoir offert une vitrine et des retombées économiques incroyables à notre ville, Sherbrooke conserve un montant de 2 millions de dollars qui vient d’être versé au Fond du legs des Jeux du Canada. Ce montant servira à soutenir le développement sportif de nos jeunes athlètes et pour cette raison, cette nouvelle constitue sans aucun doute le bon coup de la semaine.

Je m’en voudrais de ne pas profiter de cette chronique pour remercier tous ceux avec qui j’ai travaillé en étroite collaboration pour l’obtention de ces Jeux, les membres du conseil d’administration, les bénévoles, les athlètes ainsi que toutes les personnes dévouées qui ont contribué au succès de cette aventure. J’aimerais également témoigner de ma reconnaissance envers l’ex-maire de Sherbrooke, Jean Perrault, qui m’a confié cet important mandat d’obtenir les Jeux. Je le remercie pour sa confiance, mais surtout, pour avoir rapidement perçu tout le potentiel de cet évènement pour notre ville. Encore une fois, par sa vision de l’avenir, il avait vu juste !

En terminant, je vous souligne que les patinoires de Sherbrooke sont maintenant ouvertes, dont le secret le mieux garder en ville, le magnifique sentier glacé du Parc Lucien-Blanchard. Profitez-en pour mettre le nez dehors cette fin de semaine !

Jeux du Canada

jan
8
2015

Lancement des chroniques d’un conseiller

L’année 2015 étant débutée depuis quelques jours, j’ai décidé, bien humblement, de vous proposer mes commentaires sur la vie politique sherbrookoise sous une nouvelle forme. Je rédigerai dorénavant une courte chronique que vous pourrez lire à la fin de chaque semaine sur mon blogue et sur ma page Facebook. Ce billet rassemblera l’ensemble de mes commentaires et opinions sur l’actualité municipale. J’en profiterai également pour vous faire part de ce que j’estime être le « bon coup de la semaine ». Bien évidemment, vous êtes toujours invité à me faire vos commentaires. Ma première chronique sera diffusée demain.
Bonne lecture !

2015 (c) Blogue de Jean-François Rouleau, conseiller du district de l'Université à Sherbrooke, Thème ReviewSaurus, Traduit par (niss.fr), Propulsé par WordPress
Conception site web & Hébergement web: ProjexMedia.com
eXTReMe Tracker